Voyage de suivi, février 2020

Depuis la rentrée d’octobre 2019, l’équipe d’Emel Ejyal accueille quotidiennement plus de cent enfants. L’extension du Centre était devenue indispensable. Grâce à un subside de la ville de Bruxelles et le généreux don d’une asbl amie, les travaux ont pu être lancés en ce mois de février.

Si un élément fortuit et malheureux a retardé les travaux durant une semaine, le dynamisme d’Ely Cheikh (Directeur d’Emel Ejyal) et le professionnalisme d’Ahmed (maçon) et de son équipe ont permis que rapidement deux nouvelles classes « sortent de terre » .

« Sortie » de terre des fondations pour …

… la construction de deux nouvelles classes.

Depuis onze années, afin de faire face à la demande nous avons bon an mal an (en fonction de la générosité de nos partenaires) construit une nouvelle classe tous les deux ans. L’infrastructure du Centre bientôt terminée, notre seul « soucis » aujourd’hui est de nous concentrer plus que jamais sur l’aide et les moyens pédagogiques supplémentaires que nous pouvons apporter à l’équipe enseignante. Nous nous devons (si cela est encore possible!) d’améliorer la qualité de l’enseignement qu’ils dispensent aux cent-huit enfants que nous accueillons actuellement. Il est à noter que la « sortie » en juin de la 7ème année supérieure, permet à la rentrée d’octobre suivant, l’ouverture d’une classe de 3ème primaire.

Au cours de mon séjour, j’ai également eu la chance d’être rejoint par Vincent, ami photographe, désireux de découvrir le Centre Emel et de faire des photos des enfants qui le désiraient.

Voici un exemple du ressenti des enfants lors de cette « expérience » pour eux totalement inhabituel! Quand nous prenons conscience, que le français n’est pas leur langue officielle et notre écriture bien loin de la calligraphie arabe, ce petit texte quelque peu naïf et émouvant est un réel encouragement et une des plus belles concrétisation de la qualité du travail fourni par nos enseignants.


Je terminerai ce court compte rendu en disant combien j’ai eu intérêt et plaisir avec mon ami Ely Cheikh de rendre visite à Mohamed Lemine Alioune (Directeur de l’école 4, mais aussi notre professeur de français depuis onze ans). De partager avec lui réflexions sur le (triste et pauvre) « sort » du système de l’enseignement en Mauritanie mais aussi de poser les premiers jalons d’un projet d’échange et de parrainage d’une école d’ici avec nos enfants du Centre Emel. Inch’Allah!

***

Une semaine plus tard, coulage de la « chape de toiture ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *